Un site utilisant WordPress.com

Contrebande (merci serge) j’ai remis des billet qui etait mal mis sur mon blog mais je j’ai les commentaires

 Contrebande

 
 
  Juan arrive du Mexique à la frontière séparant le Mexique des États-Unis
  en bicyclette.
  Il a un gros sac sur ses épaules.
 
  Le douanier l’ arrête et lui demande :
  – Qu ‘est-ce que tu as dans ton sac ?
  Il répond :
  – Du sable.
 
  Le douanier, incrédule, lui dit :
  – On va voir ça… Descends du vélo.
  Le douanier ouvre le sac et répand le sable qu’il contient sur le sol.
  Il fouille dedans sans rien y trouver.
  – C’ est bon, lui dit-il.
 
  Juan ramasse le sable du mieux qu’ il peut et repart sur sa bicyclette.
 
  Une semaine plus tard, la même chose se produit.
  Le douanier demande à Juan :
  – Qu ‘est-ce que tu as dans ton sac cette fois ?
  Juan répond :
  – Du sable.
 
  Le douanier, qui n’ est toujours pas convaincu, décide de détenir Juan
  pour la nuit et d’ envoyer un échantillon du sable pour analyse. Le
  lendemain, les résultats révèlent qu’ il s’ agit bien de sable. Il laisse
  donc Juan repartir sur son vélo.
 
  Le petit manège se poursuit tous les deux ou trois jours pendant les
  quelques années qui suivent. A chaque fois, le douanier fouille le sac
  de sable. Il envoie régulièrement des échantillons pour analyses de
  toutes sortes mais toujours sans rien trouver d’ autre que du sable.
 
  Finalement, quelques années plus tard, Juan arrête de traverser la
  frontière en bicyclette avec son sac de sable.
 
  Un beau jour, alors qu’ il est en retraite, le douanier prend ses
  vacances au Mexique et rencontre Juan dans un petit bar sur la plage.
 
  – Hé ! je te reconnais, toi! Tu n’ est pas le gars qui traversait la
  frontière en bicyclette avec un sac de sable ?
  Juan reconnaît le douanier et lui répond :
  – Oui, c’ est moi.
  – Qu ‘est-ce que tu deviens ? lui demande le douanier.
  – Je me suis acheté ce petit bar et je vis tranquillement, répond Juan.
 
  Le douanier se décide finalement à lui demander :
  – Écoute, je suis à la retraite et je n’ ai plus aucun pouvoir. Je
  voudrais bien savoir une chose. Je n’ ai jamais arrêté de penser à ça
  depuis que je t’ ai vu la première fois. Juste entre toi et moi, tu
  faisais de la contrebande ?…
 
  Juan esquisse un petit sourire et répond :
  – Oui, et c’ est comme ça que je me suis acheté ce bar.
 
  Le douanier s’ approche un peu et demande à voix plus basse :
  – Et qu ‘est-ce que tu passais frauduleusement aux douanes ?
 
  – Des bicyclettes…

6 Réponses

  1. _________________________________f

    pas mal!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! biz

    28 novembre 2008 à 12 h 51 min

  2. isabelle

    hahaha !!!   bien vu !! 
    bises à + !
    Isabelle

    28 novembre 2008 à 13 h 00 min

  3. TARTINE

    bien vu l’aveugle hihihi !!!

    28 novembre 2008 à 14 h 20 min

  4. C☼lette

    … pas pire … l’attention était ailleurs …
    Colette

    28 novembre 2008 à 14 h 30 min

  5. kainkain

    mrd quelle con,passe une bonne soiree bisous carine

    28 novembre 2008 à 17 h 27 min

  6. Colette

    Mdr, bonne tactique.

    28 novembre 2008 à 20 h 15 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s