Un site utilisant WordPress.com

Archives de mars, 2010

cadeau musique


– video jean pierre 036


– video jean pierre 035


– FORMULA V – Cuentame


– SansTitre montage oiseaux et fleurs … musical parPoésie en chansons


POEME de soeur-emmanuelle

POEME

J’ai écrit suite à la lecture du livre de soeur Emmanuelle un poème que je voulais partager. Nul doute qu’il m’est été inspiré par cette lecture. J’espère qu’il sera lu et apprécié car je l’ai écrit avec le coeur. Peut être suscitera t-il des vocations et des dons. J’en serais très heureux et fière. Faite le lire autour de vous si vous lui jugez une quelquonque valeur émotionnelle et poétique.
Je souhaite à tous mes meilleurs voeux, le mien serait que les associations humanitaires disparraissent car cela voudrait dire que le monde s’est remis à tourner rond!!
Un jour nous l’espèrons de tout coeur.
Bonne lecture.

Voeu 2009

Le premier janvier 2009,
Et sur la planéte quoi de neuf.
Non pas de quoi se sentir fière,
On y parle toujours de misère.

Des visages creux et des yeux vides,
Enfants perdus aux coeurs arides.
Oubliés de ceux qui gouvernent
Privés des ressources qu’ils vous prennent.

Nos bouches vous réclament à manger,
Nos coeurs voudraient vous expliquer.
Que de bien plus qu’un bol de riz,
C’est de comprendre qu’on a envie.

Comprendre pourquoi on en est là,
Pourquoi on ne nous en sort pas.
Pourquoi des enfants vivent-ils bien,
Et que nous autres mourront de faim.

De vos écoles des cris d’enfants,
S’envolent vers le ciel comme des chants.
Nous sans cahier ni tableau noir,
L’apprentissage du désespoir.

Est-ce donc un voeu surréaliste,
De vivre heureux et normalement.
Que d’avoir son nom sur la liste,
Et d’avoir une vraie vie d’enfant.

Non Dieu n’est pas le seul espoir,
C’est avant tout une affaire d’homme.
Qui veut l’argent et le pouvoir,
Qui est aveugle ou fait tout comme.

Combien vous faudra-t-ils d’années,
Nous qui comptons en lendemains.
Encore combien de condamnés,
Pour que l’homme redeviennent humain(adjectif)

On vient sur terre, c’est pour y VIVRE,
C’est la première régle de vie.
Aidez nous à pouvoir la suivre,
Main dans la main, vous tous unis.


soeur emmanuelle

Sœur Emmanuelle en 2002 (Charles Platiau/Reuters) J’ai beaucoup hésité sur le titre de cette note, j’avais pensé à « Sœur Emmanuelle : même froide, elle est chaude », quitte à expier mes péchés en me faisant flageller. Car si sœur Emmanuelle a dit dans son ouvrage posthume que la chair restait un des péchés les moins graves, elle n’a pas dit si les titres scabreux avaient de l’importance au moment du Jugement dernier. Mais comprenez-moi, un peu d’empathie s’il vous plaît, si sœur Emmanuelle devient écrivain érotique à titre posthume, que nous reste-t-il à nous pauvres mécréants ? Quelques extraits de « Confessions d’une religieuse », sorti quelques jours après son décès, pour bien comprendre :

« Comment et à quelle occasion ai-je commencé à me masturber, je ne m’en souviens pas. Je pensais que ce n’était pas bien, puisque je le faisais en cachette et plus volontiers à l’école, où je me croyais plus en sûreté. Mais la maîtresse s’en aperçut et prévint ma mère. Un jour, les joues en feu, je me trémoussais en classe et subitement je l’ai vue me regarder sévèrement à travers la vitre de la porte. Elle m’expliqua ensuite que c’était vilain pour une petite fille et que je ne devais plus recommencer. Mais c’était devenu une habitude et je n’étais guère accoutumée à obéir. Quand l’assaut du désir m’assaillait, seule quelque présence étrangère avait le pouvoir de m’arrêter, sinon je m’avouais impuissante devant l’avidité du plaisir. »

« Mon âme s’évadait d’une chair prête à devenir l’amante possédée et possessive. Je me sentais soudain libre, libre : corps, cœur, volonté », écrit-elle. Elle admet son attirance pour la sensualité, pour le sexe, pour la chair. La réhabilitation de la sexualité par sœur Emmanuelle ? Voila de quoi me réconcilier avec l’église.

Avant le XVIIIe siècle, la masturbation ne posait pas de problème à l’Eglise

Mais j’avais déjà dit que le commandement du Christ, « Aimez-vous les uns les autres » ne devait probablement pas être compris purement métaphoriquement. Et pour cause… En deux mille ans (pour faire simple) de chrétienté, on compte à peine plus de deux cents ans d’interdits réels de la masturbation.

Thomas Laqueur dans son ouvrage « Le Sexe en solitaire : contribution à l’histoire culturelle de la sexualité, Gallimard, 2005 », consacre une centaine de page à expliquer, comme le dit Françoise Blum, qu’avant le XVIIIe siècle, on ne parlait pas de l’onanisme. Le sujet ne faisait pas débat et n’inquiétait personne.

La domestication de cette infime partie de nos plaisirs est advenue peu avant la Révolution française. La position officielle de l’Eglise a toujours été la condamnation du plaisir en dehors du cadre reproductif, mais la masturbation n’a intégré le corpus des interdits (sodomie, homosexualité, etc.) qu’assez tardivement, à la suite de médecins laïcs (tels que le docteur Tissot, qui a popularisé cette idée en 1712), de la perte de la substance séminale, qui conduirait à perdre son énergie vitale, d’où le nom probable d’ailleurs de « petite mort ».

Cette idée que l’on se vide de sa substance en éjaculant n’est d’ailleurs pas propre à la culture chrétienne, puisque de nombreux ouvrages asiatiques proposent des méthodes pour hommes pour jouir sans éjaculer, afin, précisément, de ne pas perdre son énergie.

« Les frères me demandaient si je pensais à des femmes en porte-jarretelles »

Pour autant, à partir du milieu du XVIIIe siècle, l’Eglise commence à se préoccuper un peu plus des plaisirs sexuels hors mariage, y compris solitaires. Ainsi, on voit apparaître à cette époque les cages de chasteté pour jeunes hommes et jeunes femmes, les techniques de lange de bébés pour éviter qu’ils ne se touchent, l’obligation en début du XIXe siècle de dormir avec les mains sur les draps et les couvertures pour pouvoir surveiller les actions des uns et des autres.

De nombreux pensionnaires d’internats dans les années 50 peuvent raconter les différentes règles visant à leur interdire une sexualité sans leur expliquer de quoi il retournait. Par exemple, un ancien pensionnaire, aujourd’hui sexagénaire, explique :

« A confesse, les frères me demandaient si je pensais à des femmes en porte-jarretelles, alors que je ne savais pas ce que c’était, ou si je me mettais un doigt dans l’anus, comme si je pouvais avoir eu ces idées là avant qu’il ne me les souffle. De toute façon, j’étais absout après confession, donc je recommençais tous les jours, et ça me faisait quelque chose à dire. Ça m’a fait bizarre après de me masturber sans me confesser, j’avais pris l’habitude que les deux aillent ensemble. »

Ce témoignage, se rapproche de celui de sœur Emmanuelle par l’acceptation de la masturbation, grondée comme un pêché véniel. Finalement, dans une période où l’Eglise catholique tente, à travers notamment l’encyclique Deux Carita Est, de relier officiellement l’amour sensuel et l’amour oblatif, peut-être la masturbation est-elle en train de redevenir une affaire privée.

L’histoire ne s’est pas encore penchée sur le cas de ces hommes et femmes d’Eglise qui deviendraient écrivains érotiques à titre posthume, mais nous n’en sommes qu’aux prémices. Amen…

Confessions d’une religieuse de sœur Emmanuelle – éd. Flammarion – 414p., 20€.


cadeaux de mes amies merci à eux

voir l'image en taille réelle

– LE PRINTEMPS – MICHEL FUGAIN


– La vidéo du 1er avril 2010