Un site utilisant WordPress.com

Archives de 31 mars 2011

poisson d’avril sur wordpress

 
Gloups ! Je suis un poisson – Gloups ! Je suis un poisson
 
clic ici à coté 
 
 
 

je te souhaite un bon 1 avril

merci à mamounette pour images

hi! hi! hi! ça sent la marée en ce moment sur les blogs!!!

et voici mon défi poisson d’avril pour mamounette

http://mounettetiteabeille.wordpress.com/2011/03/28/eh-les-abeilles-le-1er-avril-arrive/#comments

hebergeur d'image

MERCI LADY BIRD

MERCI NADINE – BOUNIA86

MERCI A TOI TARTINE

MERCI MAMIE NICOLE … MDR

MERCI BIQUETTE

MERCI ELLA

hebergeur d'image hebergeur d'image hebergeur d'image hebergeur d'image hebergeur d'image

hebergeur d'image


Ansy Derose – Fanm Peyi’m

clic ici à coté

http://www.youtube.com/embed/E-7otESu4J4


TEST DE LA GENDARMERIE

 

    

La gendarmerie décide de sélectionner sa gendarmette la plus fidèle, après toute une série de sélections, d’entretiens, d’essais, de tests, il ne reste que trois candidates

Pour le choix final, les examinateurs mettent les gendarmettes devant une porte métallique et leur remettent un pistolet. Nous devons êtres sûrs que vous suivrez nos instructions, et ce, quelles que soient les circonstances.  

Derrière cette porte, vous trouverez votre  mari assis sur une chaise et vous devrez le tuer.

La première femme dit : vous n’êtes pas sérieux, je ne pourrai jamais tuer mon mari !

– Alors, vous n’êtes pas faite pour ce travail.

On donne à la deuxième candidate les mêmes instructions.

Elle prend l’arme et entre dans la salle. Tout est calme pendant cinq minutes puis la femme revient, les larmes  aux yeux. J’ai essayé, mais je ne peux pas tuer mon mari.

-Vous non plus vous n’êtes pas faite pour le d’job, emmenez votre mari et rentrez chez vous. 

Enfin c’est le tour de la troisième candidate « une blonde ». On lui donne les mêmes consignes en lui indiquant qu’elle doit tuer son mari.

Elle prend le pistolet et entre dans la salle.  On entend des tirs, un coup, puis un deuxième, puis un autre. Puis on entend des cris, des coups contre les murs, des meubles qui se  brisent. 
 

Après quelques minutes, tout redevient calme.

La porte s’ouvre lentement et la femme sort.


Elle s’essuie la sueur du front et dit :
– C’est qui l’con qui a mis des balles à blanc ! J’ai dû l’achever avec la chaise ….