Un site utilisant WordPress.com

Trois roses blanches

CCreationz_element 1612*****************

Je marchais à l’épicerie, 

pas particulièrement intéressée par mes achats de nourriture.

Je n’avais pas faim.


La perte de ma femme  de 60 ans était encore trop vive,

malgré bientôt 1 an et 5 mois      

   Cette épicerie du centre commercial

 renfermait de si beaux souvenirs.

elle venait souvent avec moi

et, presque à chaque fois,

je m’éloignait

 faisant semblant de chercher autre chose.

Je savais ce que je planifiait.


Tout à coup, je l’apercevais,

marchant dans l’allée, vers elle

avec trois roses blanches dans ma main.

 j’adorais

lui faire cette j’affection

 tout particulièrement

avec des roses blanches

et aujourd’hui  j’ai  le cœur rempli de chagrin,

 je voulais rapidement prendre les quelques achats  

dont j’avais besoin et partir.

Depuis qu’elle n’ést plus là,

 même faire les courses devient éprouvant.

Se nourrir , pour un, prend du temps…


Un peu plus de temps qu’il n’en prenait pour deux! 

Debout devant le rayon de la viande,

je cherchais le petit steak parfait

et me suis souvenue

à quel point elle aimait son steak.

Soudainement,

une femme approcha tout près de moi.

Elle est blonde, mince et jolie,

 et porte une robe verte.

Je la regardais alors qu’elle prenait,

dans ses mains,

un gros paquet de steak.

 Elle le déposa dans son chariot ,

hésita, et le remit dans le rayon .

Elle se tourna pour partir,

mais décida de reprendre le paquet de steaks.

Elle s’aperçut alors que je la regardais,

et, en souriant,

elle me dit : mon mari adore les steaks,

mais, honnêtement,

 à ce prix, je ne suis plus certaine!

Ravalant l’émotion,

je rejoignis ses yeux bleus

et lui dit:

ma femme qui est morte

adorait les bons steaks

Achetez-lui les steaks!

Et chérissez tous les moments

que vous avez ensemble!

Elle secoua la tête.

Lisant l’émotion dans ses yeux,

elle reprit le paquet,

le déposa dans son chariot,

et partit. 

Je me retournai et poussai mon chariot

jusqu’au rayon des produits laitiers.


J’étais là me demandant quel format me procurer. 

Je décidai pour le demi-litre

et, ensuite,

poussai le chariot vers l’allée de la crème glacée.

S’il n’y avait rien d’autre,

 je pourrais toujours me préparer

un cornet de crème glacée.

Je déposai la crème glacée dans mon chariot,

et me dirigeai vers l’allée menant aux caisses.

J’ai vu la robe verte en premier,

puis j’ai reconnu

la jolie femme s’approchant vers moi.

Dans ses bras, elle portait un paquet.

Son visage affichait un sourire magnifique.

J’aurais juré avoir aperçu parfum

tout autour de ses cheveux blonds.

Alors qu’elle s’approchait de moi,

j’ai vu ce qu’elle tenait dans ses mains,

et mes yeux

ne purent s’empêcher de s’emplir d’eau. 

Ceci est pour vous, me dit-elle,

en me remettant

trois belles roses blanches dans les bras.

Lorsque vous passerez à la caisse,

ils sauront qu’elles ont déjà été payées.

Elle se pencha

et déposa un délicat baiser sur ma joue,

et me sourit à nouveau.

J’ai voulu lui expliquer

ce qu’elle venait de faire,

ce que les roses représentaient.

Incapable de sortir un mot,

je l’ai regardé s’éloigner,

les larmes brouillant ma vision…

J’ai contemplé les magnifiques roses

nichées dans le papier vert

les trouvant presque irréelles!

Comment pouvait-elle savoir?

Soudainement, la réponse

m’apparut clairement.

Je n’étais pas seule.

Tu ne m’as pas oubliée,

n’est-ce pas?

J’ai chuchoté ceci,

les larmes aux yeux!

elle était encore ici,

avec moi,

et elle c’était son ange.********CCreationz_element 1923

****************** ma cherie   51619582_15588008_51342178    *********

****

2 Réponses

  1. Comme je te comprend Jean-Pierre….bon courage

    15 janvier 2015 à 17 h 28 min

  2. je suis de rattraper mon courriel en retard, et je m’arrête chez toi et je te lis
    mes yeux sont remplis d’eau, et ce geste est formidable
    je n’ose penser par où tu passes, mon époux étant grand cardiaque, chaque jour je savoure sa présence et j’avoue avoir peur de me trouver seule comme tu l’es depuis le temps où ta tendre épouse est partie
    bonne soirée malgré tout
    gros, gros bisous
    Mandrine

    17 janvier 2015 à 21 h 14 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s